Et c'est alors que nous aboutissons au chapitre 4 qui se présente comme un havre de paix et, vraisemblablement, de bonheur : "Les gains de la coopération". Est-ce par goût prononcé de l'ironie que le professeur Phelps a placé ici, en épigraphe, une petite phrase issue du film The African Queen? C'est Humphrey Bogart qui s'adresse à Katharine Hepburn : "D'accord. C'est toi qui tiendras la barre et moi qui m'occuperai du moteur, exactement comme c'était au départ." Autrement dit : "Tu t'occuperas du guidon, tandis que je pédalerai." C'est très élégant, et tout ce qu'il y a de plus féministe. Mais c'est aussi quelque peu pervers.

    Car nous pressentons que les "gains de la coopération" menacent d'être une autre façon de dire le souci principal des "entrepreneurs d'anticipations autoréalisantes" : "Pendant que tu feras le travail, je tiendrai la comptabilité générale."

    Mais non, mais non! s'exclame notre prix Nobel d'économie 2006... Le gain ne peut qu'être réciproque! Une voix mystérieuse nous glisse en effet à l'oreille que Jésus-Christ a déjà réussi l'une de ces manoeuvres de parenthèse miracle ou de chapeau à lapins qui font le charme de l'enfant qui subsiste en nous : il a multiplié les poissons et les petits pains.

    Edmund S. Phelps y vient à son tour devant nos yeux écarquillés : "Il existe, pour deux personnes, un gain potentiel à collaborer dans la production chaque fois que le niveau de production obtenu en collaboration est supérieur à la somme des productions que chacun atteindrait en travaillant seul." Magnifique, n'est-ce pas? Et vérifiable par tout un chacun : prenez un couple ordinaire et placez-le devant 10 kilos de pommes de terre... Sûr, qu'il va les éplucher en beaucoup moins de temps qu'il n'en faudrait à nos deux cobayes agissant séparément et sans la moindre conscience d'être entrés, malgré eux, dans une compétition à distance... A partir de quoi, il sera tout à fait logique de leur recommander très vivement... un mariage en bonne et due forme.

    Et voilà comment E.S. Phelps va vous fabriquer la société idéale : à partir de l'amélioration miraculeuse de la productivité du travail autour d'une montagne de pommes de terre, ou de tout ce qui pourra en tenir lieu...

    Non, non, bien sûr : ce n'est pas aussi simple. Car, dès le dernier mot de la phrase citée annonçant indirectement l'éventuel royaume de l'égalité devant les quantités individuelles d'épluchures, voici que se présente déjà tout autre chose : "Alors, et alors seulement, la production obtenue en collaboration est suffisante - comparée à la somme de ce que les deux personnes peuvent produire séparément - pour que l'une de celles-ci au moins puisse percevoir une rémunération supérieure à ce qu'elle aurait produit seule, sans que l'autre reçoive moins que ce qu'elle aurait produit seule (cette dernière peut même percevoir un peu plus elle aussi)."

    Ce qu'il faut admirer ici, c'est la très délicate formule que nous trouvons - une fois encore - dans une petite parenthèse... Il semble bien s'agir ici d'une minime, mais combien encourageante, hausse de salaire accompagnant la hausse de la productivité du travail... libéralité toujours "possible" de la part des "anticipateurs" qui veulent mettre toutes les chances de leur côté dans la possible "autoréalisation" de leurs rêves de "profitabilité maximum".

    Ainsi donc les vrais bénéficiaires des "gains de la coopération" sont-ils déjà sur le coup. Mais nous ne faisons encore que le pressentir.