Ayant délibérément tu la place essentielle qu'Adam Smith donne au travail dans l'établissement de la valeur économique, puis dans le rapport de force qui s'établit entre ce travail et le capital qui s'en nourrit, E.S. Phelps peut tranquillement proférer cette contre-vérité touchant celui qui, tout au contraire, a tiré toutes les conséquences de la valeur travail et de la dichotomie travail/capital initiées par l"Ecossais : "Marx s'opposa à ce dernier sur le problème des sources de l'épanouissement humain, voyant les divisions de classe et l'"aliénation" là où Smith ne voyait que liberté et développement personnel."

    Développement personnel des travailleurs? Voici la réponse d'Adam Smith : "Il faut toujours qu'un homme vive de son travail, et son salaire doit être au moins satisfaisant pour lui permettre de subsister. Il doit même, dans la plupart des cas, être un peu plus que suffisant, autrement le travailleur ne pourrait élever une famille, et la race de ces ouvriers ne pourrait pas se maintenir au-delà de la première génération." (page 76)

    Souvenons-nous de la nécessité de ne pas laisser périr la "poule aux oeufs d'or", selon les termes mêmes de E.S. Phelps... Et c'est tout simplement ce qui fait la moyenne de la rémunération du travail le moins qualifié, et ce, à quelque époque que l'on se place pour peu que cette moyenne soit établie dans l'espace géographique jusqu'où s'étend l'effectivité même de l'échange des marchandises...

    Mais où donc se situe le moteur qui engendre un pareil effet d'homogénéisation de la rémunération du travail? C'est ici que le grand mot de "concurrence" va être lâché, et sous couvert de la spécialité universitaire dont E.S. Phelps est l'un des hérauts : "Cela étant dit, nous pouvons, sans risque de nous tromper, définir le véritable propos de l'économie politique. C'est un débat de longue haleine sur le mécanisme des marchés concurrentiels - marchés des facteurs de production (travail, terre, etc.) où les employeurs doivent faire des offres pour obtenir les ressources, et les propriétaires des ressources se faire concurrence pour que les leurs soient employées [...]."

    Sans qu'il soit besoin d'en dire davantage à ce propos du rôle de l'économie politique, il faut retenir que l'essentiel de la concurrence entre les entreprises s'effectue en réalité (comme cela transparaît chez le professeur Phelps, et ainsi que Marx et Engels n'ont cessé de le souligner) à l'intérieur même de la classe travailleuse : il y va du taux de profit et donc de la viabilité à moyen et à long terme du système capitaliste d'exploitation.

    C'est donc ici que s'achève l'"Introduction" de l'"Economie politique" d'E.S. Phelps. Il nous reste à voir comment ce livre remplit la tâche que son auteur se donne puisque "ce manuel en particulier traite principalement des succès et des défaillances du mécanisme de marchés concurrentiels qu'Adam Smith fut le premier à analyser"...

    ...dans des termes que le prix Nobel a soigneusement laissés dans l'ombre.